Le parc de la République

Dès l’entre-deux-guerres, les élus pierrefittois espèrent créer un jardin « pittoresque » sur le versant de la Butte Pinson. Construit sur d’anciennes carrières de gypse, ce nouveau parc peine cependant à voir le jour.

La première mention du projet apparaît dans les premiers plans d’aménagements communaux du XXe siècle. À cet emplacement, le conseil municipal à racheter d’anciennes carrières de gypse (ou pierres à plâtre) après la faillitte de leur propriétaire en 1874. Dans les années 1930, on envisage d’y concevoir « une promenade publique aménagée et pittoresque ». Ce projet entraîne l’acquisition progressive par la ville des parcelles environnantes. Jusque dans les années 1960, le terrain, encore grevé de nombreux trous creusés pour l’exploitation minière, fait cependant office de décharge communale.

En 1961, le conseil municipal décide officiellement d’aménager cette surface de 21 000 m² pour créer le parc public de la Butte Pinson, entre l’avenue de la République et la rue Édouard-Vaillant. En préambule, les élus rappellent que « la ville ne possède qu’un seul square situé Boulevard Charles de Gaulle [et] assez exigu ». Il s’agit du square Henriette-Vornière inauguré en 1939. Au début des années 1960, la ville a un projet ambitieux : un jardin public, mais aussi une maison des jeunes, un patronage et un auditorium de plein air !

Malheureusement, l’inspection générale des carrières de la Seine s’inquiète très vite des galeries probablement creusées en sous-sol au XIXe siècle. Il faut attendre 1969 pour que la ville puisse financer une étude du sol et des forages pour plus de 90 000 francs, et les résultats sont sans appel : des vides importants subsisteraient sous les remblais, compromettant la sécurité des promeneurs. Un million de francs seraient nécessaires pour les combler.

Le projet est suspendu jusqu’en 1975, date à laquelle le forage d’un puit de 27 mètres de profondeur vient contredire l’étude de 1969. Le terrain est finalement déclaré apte à recevoir du public…

En 1977, la municipalité demande au service départemental des espaces verts d’établir un projet, qui prenne en compte les caractéristiques du sous-sol. Pour étaler les dépenses qui s’élèvent à 1 700 000 francs, l’aménagement est conduit sur trois ans. Le conseil municipal approuve ce programme lors de sa séance du 23 septembre 1977. Un soutien financier est obtenu auprès de l’Agence des espaces verts de la région d’Ile de France.

Les travaux commencent l’année suivante : « La voie d’accès aux aménagements est construite. Des plantations y ont déjà été faites. Mais des centaines de mètres cube de terre végétales devront encore être mises en place avant l’achèvement du projet ». En avril 1980, le parc est suffisamment avancé pour permettre d’y inaugurer une stèle en hommage aux victimes de la déportation, pour le 35e anniversaire de la libération des camps. En juin 1981, le bulletin municipal annonce une ouverture à l’automne suivant. « Après une année de travail et d’aménagement, le Parc de la République sera ouvert à l’automne prochain. La roseraie et la partie boisée propices à la promenade sont terminées. Les techniciens municipaux discutent avec les enfants des écoles E. Varlin, F. Lemaître et J. Jaurès et ceux qui fréquentent les centres de loisirs du nord de la ville pour définir quels sont les jeux qu’il serait souhaitable d’installer dans l’aire de jeux qui borde l’avenue de la République. »

Le parc est enfin inauguré le 8 mai 1982, à l’occasion de la première grande fête du 8 mai organisée par la municipalité.

Plus de 30 ans après, un vaste chantier de réaménagement est mis en œuvre par Plaine Commune. Après plusieurs années de fermeture au public, le nouveau parc est inauguré le samedi 22 septembre 2018.