1. Home
  2. /
  3. Articles du journal municipal
  4. /
  5. Le dernier rendez-vous des...

Le dernier rendez-vous des Joncherolles

Le cimetière intercommunal des Joncherolles est ouvert depuis 1977. Méconnu, c’est pourtant un équipement indispensable et un lieu atypique, un « cimetière paysager » conçu par un grand architecte.

En décembre 1953, plusieurs maires du nord de l’ancien département de la Seine sont encouragés par la Préfecture à réfléchir ensemble à la création d’un cimetière intercommunal sur le site des Joncherolles, 40 hectares de terres maraîchères entre Pierrefitte et Villetaneuse. Il faudra ensuite des décennies pour voir aboutir le projet. En 1958, un syndicat intercommunal est créé pour mener à bien le chantier, réunissant Pierrefitte, Saint-Denis, Villetaneuse et Saint-Ouen. Après les premières études, il faut ensuite acquérir les terrains auprès de 129 propriétaires à Villetaneuse et 33 à Pierrefitte. Les premiers travaux d’aménagement du terrain commencent en 1970. En 1976, le gros œuvre est terminé. La première équipe d’une dizaine d’agents est recrutée. Entre temps, la ville d’Épinay-sur-Seine a rejoint le syndicat en 1972. Les cinq communes inaugurent leur nouveau cimetière le 12 février 1977. Il ouvre au public en avril.

Les jardins maraîchers qui occupaient dans les années 1960 le terrain aujourd’hui occupé par le cimetière des Joncherolles.

À Pierrefitte, le conseil décide de participer au projet par « solidarité intercommunale ». En effet, la commune avait déjà constitué des réserves de terrain près du cimetière communal. En 1962, le maire Roger Fréville déplore dans un courrier le retard pris dans la construction du nouveau cimetière. Il rappelle alors que les habitants lorgnent sur ces « terres à jardins » et « qu’il aurait été plus profitable, à côté de cette voie ferrée, de réaliser une zone industrielle. »

La ville voit pourtant sortir de terre un équipement unique en France, couvrant 17 hectares à son ouverture.

Les acteurs Annie Girardot et Claude Dauphin en tournage pour le film Le Point de Mire (1977) de Jean-Claude Tramont.

Non seulement, le site accueille tous les services possibles d’un cimetière, mais l’architecte et urbaniste Robert Auzelle conçoit d’immenses espaces verts, associés à des bâtiments au caractère monumental en béton, surmontés de coques qui permettent l’écoulement de l’eau, pour symboliser la fragilité de la vie. Plusieurs œuvres jalonnent le site, notamment les Trois Parques du sculpteur Maurice Calka, les Portes de l’au-delà de Pierre Sabatier ou encore le fameux Dodécaèdre de Robert Auzelle qui représenterait l’univers.

Les espaces à l’allure très moderne du cimetière ont même inspiré le cinéma : Catherine Deneuve ou Annie Girardot ont tourné aux Joncherolles !