La Redoute de la Butte-Pinson

La Redoute de la Butte Pinson en 2008. Photographie : Collection municipale / Sabine Le Néchet.

La redoute de la Butte-Pinson a longtemps joué un rôle stratégique dans la défense de Paris. Aujourd’hui, elle est au cœur du projet de réaménagement de cet espace vert.

Les canons se sont tus à la Butte-Pinson… Pendant longtemps, ce site situé à quelques encablures seulement de la capitale et offrant une vue imprenable sur les environs a pourtant joué un rôle tout à fait stratégique pour les forces militaires du pays. La première ligne de fortifications n’ayant pas stoppé l’invasion prussienne de 1870, une seconde ceinture défensive est construite autour de Paris dans les vingt ans qui suivent. La redoute de la Butte-Pinson voit alors le jour. Pouvant héberger une vingtaine de pièces d’artillerie et une garnison de 150 soldats, le long bâtiment en pierre sera mis à contribution lors des deux guerres mondiales. le 28 août 1944, le général Leclerc y fait même une halte pendant les combats qui font rage lors de la Libération.

De nouvelles troupes au service de la redoute

Démilitarisée en 1954, puis utilisée pour tester les radars Dassault, la redoute est rachetée dans les années 1970, par le syndicat intercommunal de la Butte-Pinson, qui comprend alors les communes de Pierrefitte et Montmagny, rejointes ensuite par Villetaneuse et Groslay. Depuis 2006, de nouvelles troupes prennent d’assaut le bâtiment pour lui donner une seconde vie, dans le cadre des chantiers internationaux de jeunesse, auxquels participent d’ailleurs les adolescents pierrefittois. Bientôt, de véritables bataillons de promeneurs pourront eux-aussi accéder à la redoute, grâce aux travaux entrepris par l’agence des espaces verts d’Île-de-France depuis août 2011 pour “ruban vert” sur la butte, de nouveaux espaces paysagers et de détente.