1. Home
  2. /
  3. Articles du journal municipal, Pas à la une
  4. /
  5. Carriers et plâtriers à...

Carriers et plâtriers à Pierrefitte

[En-tête d’une facture de 1902 adressé à la mairie de Pierrefitte par la société Christiaens & Cie.]
Il fut un temps, pas si lointain, où les sous-sols de la ville de Pierrefitte alimentaient en gypse quelques plâtreries des communes alentours.

Le gypse est un minerai indispensable à la fabrication de plâtre. Les traces d’une activité d’extraction sur les terres de Pierrefitte remontent au Moyen Âge, une époque où l’on s’aperçoit que le plâtre résiste mieux au feu que le bois, et lors de laquelle on l’utilise comme enduit de protection.

Au 18e siècle, si l’activité dominante de Pierrefitte reste l’agriculture, l’exploitation du gypse s’est pérennisée, comme dans de nombreuses autres communes de la région parisienne (Bagnolet, Montreuil ou encore Rosny-sous-Bois). Grâce à ces nombreux gisements, Paris et sa région sont connues pour être les villes du plâtre.

Sur le territoire pierrefittois, les carrière sont situées sur la butte Pinson, dans un secteur aujourd’hui délimité par les rues de la Butte-Pinson et Fernand-Pelloutier côté Ouest, et par l’avenue du Général-Galliéni côté Est.

[4Fi352]
Si l’activité gagne en intensité au 19e siècle avec l’invention du four à plâtre, qui permet d’augmenter la production, elle n’est pas sans risque. Ainsi, en 1874, un acte de la sous-préfecture de l’arrondissement de Saint-Denis, envoyé en mairie fait état de la nécessité de remblayer “une excavation dangereuse” laissée par d’anciennes carrières. En effet, du fait de sa composition, le gypse est soluble dans l’eau. Il est ainsi très sensible aux circulations d’eau souterraine et sa dissolution peut engendrer des creux dans le sous-sol. Cette particularité a d’ailleurs marqué l’histoire de l’actuel parc de la République, créé sur les reliefs d’une ancienne carrière de gypse.

Voir aussi l’article sur l’histoire du parc de la République.