Alfred, le forçat de la route

Portrait d’Alfred Quenon (3Fi2_299)

Alfred Quenon participa au Tour de France en 1907, avant de devenir fabricant et marchand de vélos à Pierrefitte. Retour sur l’itinéraire de cet amoureux de la petite reine.

4488 kilomètres, 14 étapes et des litres de sueur en perspective… Lorsque Alfred Quenon s’aligne au départ de la cinquième édition du Tour de France, le 8 juillet 1907, il n’imagine peut-être pas, du haut de ses vingt ans, la tâche titanesque à laquelle il s’attelle. Puisque les congés payés n’existent pas encore à l’époque, Alfred a pris un congé sans solde aux Forges de Montataire, dans l’Oise, où il est employé, pour se lancer sur les routes de France. Inscrit dans la catégorie « touriste-routier », ce jeune avaleur de bitume va devoir boucler son périple sans aucune assistance technique.

Sur les 93 partants, seulement 33 rallieront Paris le 4 août, après avoir survécu aux départs d’étapes donnés en pleine nuit, entre minuit et six heures du matin, aux crevaisons, aux chutes et autres anicroches composant le quotidien de ces forçats de la route. Loin derrière le vainqueur de la course, Lucien Mazan, dit « Petit-Breton », Alfred Quenon s’accroche. Il referme la boucle en 27e position.

Après cet exploit sportif, le courageux cycliste met pied à terre, mais ne délaisse pas pour autant la petite reine. Il s’installe à Pierrefitte où il devient fabriquant et marchand de bicyclettes. Histoire de transmettre sa passion à bien des Pierrefittois et de rendre en quelque sort hommage à un autre Alfred… Jarry, qui s’est éteint quelques mois seulement après le fol été 1907 de Quenon et qui aimait à répéter : « Mon vélo est la chose à laquelle je tiens le plus au monde. »

Les archives municipales de Pierrefitte conservent un document étonnant, sans doute réalisé par Alfred Quenon lui-même, pour commémorer cette aventure, dans laquelle la photographie du jeune sportif est insérée dans un dessin représentant le parcours du Tour 1907 avec une devise que Quenon a dû se répéter tout au long de l’épreuve : « Courage, énergie, vaillance ».

Carton commémoratif, fabriqué par Alfred Quenon, en souvenir de sa participation au Tour de France 1907 (6Fi001).